La Lettre n°2

 

 Comme nous l’avions annoncé dans La Lettre N°1, l’année 2019 nous donne l’occasion, avec l’anniversaire des 30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, de consacrer le dossier thématique de ce numéro, à ladite convention.

             Faire connaître et reconnaître les droits de l’enfant est, pour notre association, une manière d’agir pour son respect et  sa protection. C’est aussi l’occasion de réaffirmer notre volonté de mettre l’enfant à sa juste place et de lui reconnaître le droit d’être une personne.

Cette préoccupation nous la portons dans chacune de nos actions et cette année, nous avons tenu à marquer davantage notre implication dans le soutien des enfants et des familles lors des procédures judiciaires.

C’est ainsi que, le 5 mars  l’Assemblée Générale de l’Association Enfant en Danger a voté une importante modification de ses statuts, modification qui lui permettra désormais de se constituer partie civile auprès des enfants victimes et de leur famille.

Ecrire cette Lettre N°2 sur la Convention Internationale des Droits de l’Enfant témoigne également de notre engagement que nous sommes heureux de partager avec vous.

 

 


La Lettre n°1

 

Bienvenue dans notre nouvelle publication appelée à paraître trois fois l’an. Outre la présentation de notre activité sous forme d’agenda, la Lettre proposera un dossier thématique détachable de quatre pages en son centre. Nos partenaires y seront également associés, au-travers d’interviews et/ou d’articles.

En cette année anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (1989), nous avons à cœur dans ce premier numéro de partager notre vision de la place de l’enfant depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, sous le prisme de l’éducation. Par ailleurs, Francine Hauwelle, directrice de publication du Furet, organisme de formation intervenu dans les Hautes-Alpes, nous livrera son témoignage sur la prise en compte du petit enfant d’aujourd’hui dans les structures d’accueil.

Dans un deuxième numéro, nous aborderons la convention elle-même, et nous articulerons le propos autour de la protection de l’enfant, en relation avec notre action dans les écoles du département.