La Lettre n°4

  L’association Enfant en Danger créée  en 1996, il y a 24 ans maintenant, pour soutenir les enfants victimes de maltraitance et leur famille, a su prendre les virages qui se sont présentés à elle : la prévention dans les écoles, la réflexion sur les violences conjugales et leur impact sur les enfants, mais il reste que  165 000 enfants sont violés chaque année, et 1 enfant meurt tous les 4 jours sous les coups de ses parents (enquête IPSOS).

Pourtant en 24 ans le contexte législatif et sociétal a beaucoup évolué : création du conseil national de la protection de l’enfance, déploiement de la feuille de route protection de l’enfance, grandes avancées de la loi sur le délai de prescription repoussé à 30 ans après la majorité, travail sur le consentement de l’enfant pour les relations sexuelles.  Localement nous continuons à faire connaître la cause de la protection de l’Enfant et à sensibiliser sur la responsabilité de chacun face à un enfant maltraité.

Ce que nous avons proposé il y a 24 ans est aussi l’engagement d’Andréa Bescond, réalisatrice du film « les chatouilles »  qui, avec le soutien de la 1ere dame de France Mme Brigitte Macron, a lancé  des petits ouvrages de prévention de la maltraitance auprès des enfants. Il faut considérer que  tout ce qui va dans le sens de la protection de l'enfant est bénéfique à l'avancée de notre cause .

Martine MARLOIS, Présidente

 

 

La Lettre n°3

 

 En ces temps de confinement, pour la lutte contre ce Corona Virus, nos pensées vont vers ces enfants qui risquent d’être maltraités, sans moyen de le signaler.

Notre Association s’associe aux appels des autorités publiques rappelant la responsabilité de chacun face aux violences qui peuvent se dérouler à côté de chez nous. Avec vous et grâce à vous soyons vigilants !

C’est avec gratitude que je remercie Marion de nous faire découvrir l’ouvrage de Vanessa Springora : « Le consentement », et l’équipe d’avoir complété la réflexion avec les textes de lois régissant la prise en compte du « consentement ».

Je souhaite à chacune et à chacun une bonne lecture .

 

 


La Lettre n°2

 

 Comme nous l’avions annoncé dans La Lettre N°1, l’année 2019 nous donne l’occasion, avec l’anniversaire des 30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, de consacrer le dossier thématique de ce numéro, à ladite convention.

             Faire connaître et reconnaître les droits de l’enfant est, pour notre association, une manière d’agir pour son respect et  sa protection. C’est aussi l’occasion de réaffirmer notre volonté de mettre l’enfant à sa juste place et de lui reconnaître le droit d’être une personne.

Cette préoccupation nous la portons dans chacune de nos actions et cette année, nous avons tenu à marquer davantage notre implication dans le soutien des enfants et des familles lors des procédures judiciaires.

C’est ainsi que, le 5 mars  l’Assemblée Générale de l’Association Enfant en Danger a voté une importante modification de ses statuts, modification qui lui permettra désormais de se constituer partie civile auprès des enfants victimes et de leur famille.

Ecrire cette Lettre N°2 sur la Convention Internationale des Droits de l’Enfant témoigne également de notre engagement que nous sommes heureux de partager avec vous.

 

 


La Lettre n°1

 

Bienvenue dans notre nouvelle publication appelée à paraître trois fois l’an. Outre la présentation de notre activité sous forme d’agenda, la Lettre proposera un dossier thématique détachable de quatre pages en son centre. Nos partenaires y seront également associés, au-travers d’interviews et/ou d’articles.

En cette année anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (1989), nous avons à cœur dans ce premier numéro de partager notre vision de la place de l’enfant depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, sous le prisme de l’éducation. Par ailleurs, Francine Hauwelle, directrice de publication du Furet, organisme de formation intervenu dans les Hautes-Alpes, nous livrera son témoignage sur la prise en compte du petit enfant d’aujourd’hui dans les structures d’accueil.

Dans un deuxième numéro, nous aborderons la convention elle-même, et nous articulerons le propos autour de la protection de l’enfant, en relation avec notre action dans les écoles du département.